"LES KROKOS DOIVENT RETROUVER UNE PLACE EN D1, COMME IL Y A QUELQUES ANNÉES"

C'était la fête du Roller Hockey ce samedi à Nîmes. Un gymnase Condorcet plein à craquer, le leader du championnat de France, meilleure équipe nationale avec les meilleurs joueurs face au leader de D3. Et la fête a été belle, malgré l'écart entre les deux équipes. Les fous du bitume de Villeneuve la Garenne sont venus s'imposer 2/10 dans la salle des Krokos Roller et par la même occasion, ils ont mis fin au parcours des partenaires de Yohan Orsoni. Mais pour celui qui est là depuis l'aventure de ces crocos avec un K, l'essentiel était ailleurs.
JS30: Qu'est-ce qui ressort de ce match ? Ça a été une belle fête face au leader de l'élite ? Il y a des petits regrets d'avoir perdu 10 à 2 ?
Yohan Orsoni: Aucun regret car l'ensemble du groupe a été au top. Il y a eu beaucoup de joie car ça a ramené pas mal de monde dans le gymnase, je pense même que c'est la première fois qu'il y avait autant de monde. C'était juste génial. Il y a beaucoup de fierté car on a fait le match qu'il fallait. Finalement, il y a peu de surprise en Coupe. On joue contre la meilleure équipe française et on s'aperçoit qu'on est dans les scores qu'ils font d'habitude en championnat, nous le club de D3. Ce qui est dommage, c'est qu'on a un peu péché offensivement en première période. Enzo (Pereira) frappe la barre et moi je fais un poteau. On aurait pu espérer marquer un peu plus mais on se dit aussi que sans Clovis (Roure) dans les cages, on aurait pu en prendre plus.
JS30: On apprend beaucoup de ce genre de match malgré l'écart ?
YO: C'est sûr et certain. On a beaucoup couru après le palet et c'est quelque chose dont on a pas l'habitude car normalement dans notre championnat c'est nous qui le faisons. On se rend compte que quand on a plus le palet, on rencontre des difficultés. On avait mis un système défensif en place et on l'a plutôt bien appliqué, même si c'est dur de dire ça quand on voit le score. Mais on bosse surtout en vue des phases finales de notre championnat.


JS30: Ça donne envie de le faire avancer, progresser ce club ? Avec tous ces jeunes qui poussent derrière ?
YO: Clairement. Tous les ans, il y a des jeunes chez les Krokos. C'était le cas avec Tristan (Vaesken) qui a scoré samedi soir. Malgré le changement de président cette année, on a gardé le même cap. L'ADN des Krokos, c'est la formation.
JS30: Qu'est-ce qui vous a dit Alexandre (Coccallotto, le coach) avant le match ?
YO: De ne rien regretter et de tout donner. Il nous a dit que si on ne jouait pas à 100 %, ce serait compliqué. Il a insisté sur le système défensif, nous a demandé de bien l'appliquer et de prendre du plaisir. Après le match, il était content de nous.
JS30: Perso, tu as encore marqué lors de cette soirée. Comment tu vis cette saison et ce genre de match ?
YO: En me disant que les efforts fournis normalement ne serait pas suffisant. J'ai un style de jeu différent de ce qui se fait en face mais j'avais aussi conscience que là ça ne suffirait pas. Mon jeu est basé sur le placement et avec Enzo qui est mon binôme de jeu, on a vraiment des automatismes. On a pas besoin de 50 palets pour se créer des occasions. On est assez complémentaire avec Enzo qui lui a un jeu plus basé sur le patinage.
JS30: Maintenant c'est retour au championnat avec une accession en D1 a aller chercher ? C'est focus sur cette objectif là ?
YO: Je pense même qu'on est sur un double objectif sur les deux prochaines années. On veut remonter en D1 rapidement. Ça passera par une accession en D2 a la fin de cette saison mais on voit plus loin. Nîmes doit retrouver une place en D1 comme il y a déjà quelques années.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"C'EST TOUJOURS UN PINCEMENT DE JOUER CONTRE NÎMES"