"ON AVAIT UN ESPRIT REVANCHARD PAR RAPPORT AU MATCH ALLER ET IL ETAIT HORS DE QUESTION DE PERDRE"

Il avait été le héros malheureux du match aller de ce Crunch gardois, conclu sur le score de 27/27, en ratant la transformation de la gagne. Alors quand Benjamin Luigi, le buteur uzetien, a eu au bout des pieds la transformation de la gagne de ce match retour, Damien Vives, le centre du Rugby Club Cévenol. Mais la pénalité, pas facile en coin et avec un vent a arracher du fil a linge un slip buddysmuggler, est passé à côté, l'ancien joueur du Rugby Club Uzès a poussé un ouf de soulagement car son équipe venait de s'imposer 15/16 sur la pelouse du refuge, préservant ses chances d'accrocher un strapontin pour les phases finales.


JS30: Après le match nul de l'aller, quel match a suspense vous avez donné encore ?
Damien Vives: Oui et pourtant le score ne reflète pas du tout le match. On a fait un gros match, sûrement des plus abouti de la saison et tout autre score qu'une victoire aurait été illogique.
JS30: Dans quel état d'esprit êtes-vous arrivé au stade du refuge ?
DV: On arrivait...(il coupe) on sait que la qualif est dure à aller chercher. On se dit aussi que vu que ce championnat est serré, il faut regarder derrière car on peut tout aussi bien descendre. On avait un esprit revanchard par rapport au match aller et il était hors de question de perdre. Uzès fait une belle saison et n'a pas les résultats qu'il mérite. On s'attendait à un match compliqué.
JS30: C'est un match que vous devez gagner bien avant... Sans vous faire cette frayeur de fin de match ?
DV: S'il y a un bonus offensif pour nous à la fin du match, ce n'est pas volé. On a eu chaud à la fin mais ça aurait été quand même un vol que l'on ne gagne pas. Ce problème offensif est récurrent chez nous. On passe la majeure partie du temps dans le camp adverse mais on n'arrive pas à scorer. On va trois fois dans l'embut en première mi-temps, une fois en seconde, on a six pénalités mais au final on ne conclut pas nos temps forts.
JS30: Forcément quand il y a transformation de la gagne contre vous, tu te dis que tu peux le perdre ce match ?
DV: Tu commences même à baliser. J'étais dehors du terrain car je suis sorti blessé quelques minutes avant et franchement je n'arrivais pas à y croire. En plus, l'action est super longue. Ils ont des pénalités qui leur fait remonter le terrain et comme a l'aller, je suis bien placé pour savoir ce que je dis puisque c'est moi qui l'ai loupé au match aller, Benji loupe la transformation de la gagne et on gagne là-dessus.
JS30: Toi, comment se passe ta saison à Alès ?
DV: Alès, ça reste Alès. On a perdu un peu de l'état d'esprit qui faisait notre force ces dernières années mais ça reste un club cool. 
JS30: Le prochain match, c'est la réception du leader invaincu, Avignon Le Pontet, qui vous avez mis une belle rouste à l'aller (victoire des vauclusiens 65/15)
DV: Ce sera sans moi car j'ai vraiment mal suite à ma blessure de dimanche. Mais on va jouer décomplexé. C'est un match on aura pas la pression de se dire qu'on ne doit pas perdre. La saison dernière, ça a été nos meilleurs matches et sur notre pelouse on est capable de les contrarier. Si on met l'agressivité qu'il faut, on peut les embêter. Vu le niveau de l'adversaire, je te dis pas qu'on peut gagner mais...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'INTERVIEW CLAP DE FIN DE LAULAU, LA TÊTE EN L'AIR

"LE HAND VA ME MANQUER MAIS JE VAIS RETOUCHER TRÈS VITE LE BALLON DE MANIÈRE DIFFÈRENTE"

"C'EST TOUJOURS UN PINCEMENT DE JOUER CONTRE NÎMES"