"CE DÉBUT DE SAISON, C'EST LA RÉCOMPENSE DU TRAVAIL QU'ON FAIT AVEC LÉO ET TOUTE L’ÉQUIPE"

A 26 ans, Guillaume Mercoiret est le co-pilote qui monte. Celui qui est assis dans le baquet au côté de Léo Rossel depuis la saison dernière a remporté la Stellantis Cup avec le petit frère de Yohan et cette saison, découvre le championnat de France sur une C3 Rallye 2. Pourtant, celui n'était pas prédestiné au rallye, lui qui n'est pas, comme c'est souvent le cas, issu d'une famille baignant dans le sport auto. C'est grâce à son meilleur ami de lycée, Romain Durand, en recherche d'un copilote, qu'il s'essaye au rallye. En trois minutes, le virus le prend, lui qui n'avait jamais vu un rallye, et il va devenir copilote. Ce Saint Jeannais, comme les frères Rossel, étudiant en dernière de Masters d'école de commerce sur Montpellier, est en interview sur JuSports pour me débriefer la 4e place du duo gardois sur le rallye Lyon-Charbonnières, quelques semaines après une 6e place sur celui du Touquet. 

JS30: Vous terminez au pied du podium de ce 75e rallye Lyon-Charbonnières. Quel est le sentiment qui prédomine ?

Guillaume Mercoiret: Je suis satisfait de me dire qu’on est dans le match. On est dans le rythme des meilleurs. Les quatre premiers se tiennent en 20 secondes et on est dans le paquet de tête. C’est la récompense du travail qu’on fait avec Léo et toute l’équipe. On est content et encore plus motivé. On travaille dans le bon sens.

JS30: Le podium était accessible ? 

GM: Je pense qu’on aurait été à notre place sur la deuxième, troisième et quatrième marche du podium. Ça se joue à des petits détails. On a eu quelques problèmes de frein le premier jour même si c’est difficile d’évaluer le temps qu’on perd. Pour Léo, c’est 10 à 12 secondes. Mais chacun a son lot de soucis sur un rallye.

JS30: Vous démarrez ce rallye dans quel état d’esprit après la sixième place au Touquet?

GM: On est compétiteurs tous les deux et on veut faire bien. On a pas de pression de résultats sur ce début de saison, la seule chose que l’on veut, c’est éviter de casser la voiture. On veut travailler dans la durée. Dans la deuxième partie de saison, je pense qu’on pourra aller chercher des résultats. Ce qui est satisfaisant, c’est qu’on a quasiment toujours fait le bon choix de pneus. Le travail de préparation avec nos ouvreurs a été excellent et les choix avec notre ingé ont été bien fait. Mais je vais t’avouer que de tous les rallyes que j’ai fait, les choix de pneus ont rarement été aussi complexes.

JS30: Pour l’instant, ce début de saison est quasi parfait pour une découverte de catégorie ?

GM: Ce n’est jamais parfait parce que j’essaye de me dire qu’il faut qu’on élève notre niveau à chaque rallye. On essaye de s’améliorer et c’est satisfaisant. On est dans le bon rythme. On travaille sérieusement. On doit continuer dans cette direction.

JS30: Au final, qu'ambitionnez-vous avec Leo?

GM: Notre objectif c’est de montrer qu’on est constant. Qu’on est sur la route. Gagner un rallye et casser trois voitures derrière, ça ne sert à rien. On veut être assez vite au niveau des autres. On ne se cache pas, on essaye de faire ce qu’on sait faire. Avec Citroën et PH sport, on bosse beaucoup.

JS30: Quel est votre programme maintenant ?

GM: Le rallye d’Antibes ou on essaiera de continuer à progresser.

JS30: Dernière petite question, tu t’éclates ?

GM: Oui carrément. J’ai conscience qu’on est clairement des privilégiés. Beaucoup de gens l'oublient dans le sport auto. On a la chance de rouler dans une des meilleures structures française, soutenu par un constructeur dans une voiture géniale. Le groupe Stellantis nous offre une très belle opportunité et nous met à disposition une voiture performante. PH Sport nous met dans des conditions idéales pour l’emmener au mieux durant tout un rallye.

Crédit photos : Nicolas Millet


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES NÎMOISES N'Y ARRIVENT TOUJOURS PAS

"4 MONTÉES EN 4 ANS...JE SUIS FIER. MAIS ON NE COMPTE PAS S'ARRETER LA"

UZES N'A MÊME PAS PU FINIR LE TRAVAIL