"C'EST L'ABOUTISSEMENT DE SEMAINES ET DE MOIS DE TRAVAIL"

4 kilomètres de Trail, 32 de VTT et 10 de Trail...Et au bout, un titre de champion d'Europe de Duathlon. L'Alésien Sébastien Smargiassi est rentré de Belgique avec la plus belle des breloques autour de son coup. Il nous dit tout sur ce bel exploit.

JS30: Te voilà champion d’Europe de duathlon court, content?

Sébastien Smargiassi: Content, oui très. C’est l’aboutissement de semaines et de mois de travail. C’est bien d’être prêt le jour J, surtout quand ce n’est pas ton métier. Ce titre à une saveur particulière.

JS30: Raconte-moi ta course ?

SS: C’était en Belgique à Namur, dans un lieu qu’on appelle la citadelle. C’est une ville magnifique. On appelle ça le plat pays mais c’est tout sauf plat. C’est un enchaînement de bosses. C’était les championnats d’Europe pour nous et la troisième match de coupe du monde pour les triathlètes. Il y avait beaucoup d’incertitudes pour moi car c’était univers inconnu. Je ne m’étais jamais frotté à ce niveau là. On était un peloton d'une soixantaine de coureurs. Je pars dans les 20 premiers avec l'idée que je n’ai rien à perdre. Comme je ne sais faire que comme cela, je prends la course à mon compte  et après les quatre premiers kilomètres, on se retrouve en trio puis vite à deux et mon adversaire, un Wallon, me marche, littéralement, sur les talons. En haut de la citadelle, je prends quelques mètres d’avance puis au début de la première boucle vélo, j’ai quasiment 30 secondes d’avance. Le vélo se passe super bien car je monte cette avance à 4'50. Sur le dernier passage course à pied, j’ai beaucoup de confiance et j’arrive à faire redescendre la pression. Je sais qu’à part un pépin physique, la victoire ne peut plus m’échapper. 

JS30: Qu’est-ce qui se passe dans ta tête quand tu coupes la ligne d'arrivée en vainqueur ?

SS: (Il pousse un ouf de soulagement) Au-delà de la perf, c’est une pensée pour mes proches car c'est beaucoup d’investissement. Je pense à mon grand-père qui m’a quitté l’année dernier. En fait je ne réalise pas sur le moment, c’est quand tu vois les gens qui se précipite sur toi, que tu réalises.

JS30: C’est l’aboutissement d’un gros travail dans un sport dont on parle peu?

SS: C’est un sport qui mérite d’être connu car c’est un sport très complet. Quand tu es bon sur le vélo et bon en trail, tu peux exceller. Après je vais t’avouer qu’avec les 3C, je savais où j’en étais. Le niveau de cette course gardoise est juste excellent.

JS30: Maintenant place à un peu de repos ou tu vas enchainer?

SS: C’est ce que je m’étais dit de couper un peu après cette compétition, mais le fait d’avoir gagné m’a redonné de l’énergie. Je suis rentré dimanche et lundi...j’ai repris l’entraînement. Maintenant je vais me préparer pour le championnat de France marathon de VTT, qui se déroulera début juillet à l'Aigoual. En fait, je ne vais pas arrêter jusqu’aux 3C qui ont lieu cet hiver.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

LES NÎMOISES N'Y ARRIVENT TOUJOURS PAS

"4 MONTÉES EN 4 ANS...JE SUIS FIER. MAIS ON NE COMPTE PAS S'ARRETER LA"

UZES N'A MÊME PAS PU FINIR LE TRAVAIL